mardi 15 mai 2018

Souvenir(s) : Ronde de mai avec Marie-Christine Grimard



Aujourd'hui, la ronde, s’enroule et se déroule sur le thème « Souvenir(s) ».
Le principe, aussi simple que la danse enfantine : le premier écrit chez le deuxième, qui écrit chez le troisième, et ainsi de suite.
Ce mois-ci, j'ai le plaisir de recevoir Marie-Christine Grimard qui est l’auteure du blog « Promenades en Ailleurs ».
Quant à Élise Lamiscarre, elle accueille mon texte sur le sien : « Même si ».
Merci à tous les deux, à tous ceux qui font la ronde et à leurs lecteurs.

--------------------

Où il est question de souvenir…

Que sont nos souvenirs ?
Ceux que nous avons vécus ?
Ceux que nous avons inventés ?
Ceux que l’on nous a racontés ?

Quels souvenirs garderons-nous de notre vie, au dernier jour, les bons ou les mauvais ?

Lorsque les souvenirs nous échappent, jusqu’à avoir oublié le prénom de nos amours, pourquoi enfance nous reste-t-elle chevillée au corps ?


Lorsque les êtres aimés ont disparu, sommes-nous les détenteurs de leurs propres souvenirs ?
Gardons-nous inscrits dans nos gênes, le souvenir des joies et des peines de nos ancêtres ?

Quelle a été la vie quotidienne de cette grand-mère que je n’ai jamais connue autrement que dans les souvenirs de ma mère ?
Qui était cette jeune mariée à la mode des années folles ?


Jusqu’où remonte ma mémoire génétique ?
Reste-t-il dans mes mitochondries, le souvenir de la première femme de la lignée ?
Dans quelle steppe vivait-elle, et combien de décennie a-t-elle eu la chance de vivre ?
Le souvenir de son regard se retrouve-t-il dans l’éclat de celui de ma mère qui disait avoir les yeux en forme de «boutons de bottines » ?
Où est-ce seulement le souvenir qui me reste du regard qu’elle portait sur moi ?


De toutes les femmes de ma lignée, je garderai le souvenir de l’amour partagé.

Je le transmettrai à ma fille en retour, espérant que le souvenir de mon amour pour elle éclairera sa route.

Ma fille souviens toi de cela :
« Ou que tu ailles
Quoi que tu fasses
Que le souvenir de cet Amour qui t’habite, ne s’efface jamais dans le cœur de ceux que tu croiseras ».


Texte et reproduction de photos personnelles : Marie-Christine Grimard

--------------------

En ce 15 mai de l’an de grâce 2018, entrent dans la ronde des « Souvenir(s) »…
Je commence...
chez Élise : Même si ; puis
Élise chez Giovanni Merloni : le portrait inconscient,
Giovanni chez Serge Marcel Roche : chemin tournant,
Serge Marcel chez Dominique Autrou : la distance au personnage,
Dominique chez Franck : à l'envi,
Franck chez Jean-Pierre Boureux : Voir et le dire, mais comment ?,
Jean-Pierre chez Hélène Verdier : simultanées,
Hélène chez Noël Bernard : talipo,
Noël chez Jacques : La vie de Joseph Frisch,
Jacques chez Marie-Christine Grimard : Promenades en ailleurs ;
enfin, Marie-Christine chez moi, etc.



jeudi 26 avril 2018

Dialogue bien entamé



- Livingston, I suppose ?
- Ouek, ouek… (Késako ?*)
- Bonjour, Jonathan.
- Kriou, kriou, kriou, kriou... (Le seul Jonathan que je connais, il est capitaine et il a un pélican).
- Je suis ici pour le festival...
- Ouek, ouek… (J’ai vu les prospectus mais ce qui m’intéresse c’est le sandwich, tu partages ?)
- J’ai lu tes aventures quand j’étais adolescent, tu es vraiment un étonnant voyageur.
- Kriek, kriek, kriek… (Pfff ! Vous me bassinez avec ces histoires. Allez, file-moi z’en un morceau !!!)
- Le ciel est bleu, on est bien. Vas-y, montre-moi...
- Kwak, kwak, kwak… (Bois ta bière et donne-moi un bout du sandwich).
- Raconte-moi, apprends-moi...
- Aow, aow… (Assez noyé le poisson).

Le goéland se saisit du reste du sandwich et s’envole sans demander son reste.

Dialogue, photographie et traduction (*) en italiques : Marie-Noëlle Bertrand.


-------------


Ce texte a été publié pour la première fois sur « Voir et le dire, mais comment ? », le blog de Jean-Pierre Boureux, dans le cadre de La Ronde de mars 2018.






jeudi 15 mars 2018

Dialogue(s) : Ronde de mars 2018 avec Noël Talipo



Aujourd'hui, la ronde, s’enroule et se déroule sur le thème « Dialogues(s) ».
Le principe, aussi simple que la danse enfantine : le premier écrit chez le deuxième, qui écrit chez le troisième, et ainsi de suite.
Ce mois-ci, j'ai le plaisir de recevoir Noël Talipo, qui est l’auteur du blog : « Le Talipo ».
Quant à Jean-Pierre Boureux, il accueille mon texte sur le sien : « Voir et le dire, mais comment ? ».

Merci à tous les deux, à tous ceux qui font la ronde et à leurs lecteurs.

--------------------



l'art de la paix

grande
feutrée
rassurante
pleine d'hommes
vêtus d'habits noirs
sous sa tiède lumière
la salle de conférences
aligne sur de longues tables
derrière leurs micros lumineux
les délégués au dialogue social

Au détour des ruelles grises
Mille zigzags mille crochets
À travers les chevaux de frise
Et les soldats enharnachés

on entend derrière les barbelés
l'ordre
de trottoir en bouche de métro
du jour
courir la rumeur d'une vie
est copieux
qui s'échine l'heure fuit
savant dosage
Queue dans la guérite de brique
et le marteau piqueur
qui ne heurte pas
Portique prêt à détecter
bat un break rageur
les sensibilités
Reconnaissance biométrique
couvrant paroles
de tous les représentants
Palpation de sécurité
afflictions
dans un souci de réalisme
joies et
à la recherche d'un consensus
rêves
sur une thématique transversale

sobres
affables
méthodiques
les décideurs
osent accepter
cette mesure phare
les prix n'arrêtent pas de s'alourdir
répondant à l'injustice
les malades ne se soignent plus
un guide de bonnes pratiques
première faute on est viré
ils s'attristent que les syndicats
le mépris brise la femme
s'enferment dans un dogmatisme creux
on ferme le vieillard
l'étranger se cache
une tristesse
obstinée
partout
marche

Tartelettes et jus de fruits
Le wifi passe sans problème
La moquette absorbe les bruits
Tableau de ce peintre qu'on aime

Georges de La Tour - The Fortune Teller – © Google Art Project
















lorsqu'ensemble ils ont marché dans la rue 
l'enfant dans l’œil éteint de son père

vit cette dévorante honte
de l'homme qu'on a jeté
il retrouve sa chambre
sans le bureau clair
sans les jouets
il s'assied
frissonne
seul
--------------------

En ce 15 mars de l’an de grâce 2018, entrent dans la ronde des « Dialogue(s)... »

Jean-Pierre chez
Jacques chez...
Elise chez
Dominique A. chez
Marie-Christine chez
Giovanni chez
Dominique H. chez
Céline chez
Franck chez





jeudi 15 février 2018

samedi 10 février 2018

Accalmie...



Là, pies et corneilles
Se partagent l'arbre nu ;
Précaire concorde.
Cœur de l'hiver, accalmie ;
Bientôt, la guerre des nids.







vendredi 9 février 2018

Daybreak Tanka


Par la vitre sale,
Silhouettes au fusain, arbres ;
Blanche lueur, champs.
Dénoué le fil des rêves,
Place à la rumeur du monde.
 


dimanche 28 janvier 2018